Presse-Village de la justice du 26 janvier 2016

Extrait de la publication du Village de la justice du 26 janvier 2016

 

En 2016, les "legaltech" pourraient régler les problèmes des avocats..

"Si un monde professionnel change, c’est parce qu’il y a un changement de société ou des pratiques des acteurs du marché, une évolution des habitudes des clients, et qu’il y a un potentiel important d’amélioration. C’est typiquement le cas du marché des avocats, en pleine mutation pour ces raisons et qui voit arriver de nouveaux acteurs se précipitant dans la brèche. Et les technologies au service du droit (que nous nommerons ici "legaltech"), au lieu d’être des menaces, sont au contraire disponibles pour accompagner la demande de changement, au service des professionnels du droit. 
Après ce titre d’article un peu provocateur, passons à la pratique réaliste... Objectif, se mettre au niveau de la concurrence d’entreprises concurrentes et de l’intelligence artificielle... pour lutter à armes égales.

Le monde du droit n’a pas été jusqu’il y a peu amateur de technologie, jugée annexe au droit. Mais ces professions sont désormais prêtes à évoluer (que ce soient les avocats, les notaires ou les juristes, vous le constaterez avec nous cette année avec les Prix de l’innovation du Village). Nous voyons désormais des services juridiques entiers adopter les armes du numérique, et bien des avocats se transformer en "professionnels digitaux nomades" et collaboratifs.

Une révolution ? Peut-être pas, mais une transition déjà lancée et évoquée depuis quelques années et qui s’accélère franchement, sous la poussée conjointe des jeunes générations diplômées, de la nécessité de travailler en réseau avec d’autres partenaires déjà "numérisés" et des nouvelles demandes de droit..."

Gagner du temps.

Pourquoi gagner du temps ? Que ce soit pour réduire vos coûts, augmenter la facturation par avocat ou tout simplement... vivre mieux et moins au travail ! Tentez donc de mieux cohabiter avec l’infernal sablier du temps, avec un peu de technologie pour vous assister.

Facturation, recouvrement, rédaction d’actes, informations clients, travail collaboratif, recours à des partenaires... autant de domaines dans lesquels la technologie est éprouvée (on n’y utilise plus guère d’ailleurs le qualificatif de "nouvelle [technologie]" !). 
Ajoutez-y une bonne dose de nouvelles façons de travailler (par la confiance et la formation de tous les opérationnels) et vous verrez qu’une bonne partie de votre quotidien peut être fait par d’autres, ou par des logiciels alimentés par des "non-avocats" ou "non-juristes". C’est même la force de l’assistante juridique 2016, devenir un(e) "presqu’avocat" capable de faire tourner la machinerie logicielle vous permettant d’apporter votre expertise. 
A vous de confirmer les clients puis de leur donner le conseil d’expert, tout le reste ne vous concerne presque pas !

En savoir plus sur www.village-justice.com/articles/Legaltechs-pour-avocats-juristes-notaires,21133.html